Une finale, vue de loin…

Les émotions retombent tranquillement après cette élimination; Lugano était plus fort, le GSHC n’a pas réussi à gagner un seul match à domicile. Shedden a réussi à transformer cette équipe luganaise de starlettes en combattants. Après deux éliminations plutôt faciles les deux dernières saisons, les genevois partaient dans la peau du favori avec peut-être un petit excès de confiance. D’ailleurs Zurich et Davos étaient aussi dans la peau du favori, on connait la suite…

Dans les dernières minutes du match 5, les genevois n’ont pas réussi à provoquer la chance nécessaire pour en sortir vainqueur, c’était certainement le tournant de la série. Les étrangers genevois n’ont pas réussi à faire la différence au moment où il était important de le faire. La blessure de d’Agostini a ce moment-là de la saison a pesé lourd sur la balance. Bien entendu, je n’oublie pas les 6 matchs de suspensions subies par les genevois durant ces playoffs.

C’est dur; il faut l’accepter. Je ne doute pas que Chris McSorley recherche des solutions pour encore améliorer l’équipe avec le budget disponible pour la saison prochaine. Il peut compter sur un noyau dur de joueurs de grande qualité, il y a des ajustements à faire qui devront permettre à l’équipe de passer un cap après trois éliminations consécutives en demi-finales.

C’est difficile de s’intéresser à cette finale; j’ai l’impression que c’est deux outsiders protégés par la ligue qui en découle. Je n’apprécie aucune des deux équipes. Lugano car avec les moyens à disposition, leur résultat des saisons précédentes étaient très décevantes. Bern, leur attitude hautaine valable autant pour leur président (certainement le plus mauvais en fonction de la ligue avec la famille Mantegazza) jusqu’à Tristan Scherwey qui est un excellent joueur avec des qualités que j’apprécie mais une attitude tellement détestable.

En terme de hockey, je trouve cette finale de qualité. Les deux équipes ont la possibilité de gagner, elles sont plutôt fair-play, mais l’engagement est présent avec par moments des petites merveilles techniques. Bref, tout est là pour suivre une finale majestueuse.
Malheureusement, les joueurs, les entraîneurs et le public n’ont pas droit à un traitement équitable (voir l’article). Comment expliquer que cette charge de Gerber sur Hoffmann n’engendre pas l’ouverture d’une enquête par le PSO ?

Tous les spécialistes s’accordaient que Gerber ne devraient plus revenir sur la glace pour quelques matchs voir jusqu’à la fin du championnat, le PSO lui décide de ne pas ouvrir d’enquête. Les arbitres sont également montrés du doigt. Leur tâche est bien plus difficile sur le feu de l’action avec une pression des dirigeants, des médias et des supporters. D’avoir recours aux vidéos (quand elles sont disponibles) devraient justement permettre de prendre du recul sur les émotions et faire une analyse technique. Alors que cette charge dont tout le monde a parlé depuis mardi soir n’a pas engendré l’ouverture d’une enquête. Il est évident que la charge était à la tête à 1.5 m de la bande, que Hoffmann n’avait aucun moyen de l’éviter et que Gerber n’a montré aucun comportement pour l’éviter. La seule explication rationnelle est que Auger commence à faire de la politique quelques jours après que le juge-politicien Steinmann annonce sa démission. Ne pas ouvrir d’enquête évite de donner des explications mais surtout évitent de fâcher le grand SCB qui quelques jours plutôt a lancé une procédure contre Ueli Schwarz. Auger a compris que s’il veut conserver son poste ou un autre auprès de la ligue, il ne faut pas prendre des décisions contre le SCB.

Depuis son arrivée, la ligne de conduite est toujours très fluctuante en fonction des joueurs et équipes incriminés. L’ouverture de la procédure contre Ueli Schwarz n’a pas seulement démontré la puissance et l’attente du SCB pour que les décisions soient prises en leur faveur. Elle a permis aussi de mettre la lumière sur les interventions de Ueli Schwarz a tous les niveaux allant de l’arbitrage jusqu’au juge unique. Un juge qui après avoir été influencé pendant des années par l’ex-chef des arbitres Bertolotti ressemble de plus en plus à une marionnette sans aucune compétence.
Le fait que sa démission ait été rendu public par la SIHF durant la finale enlève toute crédibilité sur ces prochaines décisions, le plus facile est donc d’éviter qu’ils doivent en prendre d’autres d’ici son départ.

Comme lors de l’annonce de la nomination du PSO, j’avais émis des doutes sur des éventuelles conséquences positives du système. Je suis dans le même doute avec l’annonce de sa démission. Le mal est bien plus profond et je ne vois aucune raison d’imaginer que les prochaines décisions prises la ligue puisse aller dans un sens plus professionnel.

Mais revenons à nos moutons, nos chers tessinois et bernois qui vont continuer à se battre pour atteindre ce fameux Graal. Bern a repris la main en s’imposant à la Resega; jusqu’où sont capables d’aller les luganais pour les faire douter. Premier élément de réponse, ce soir à la Postfinance Arena !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s