Hugues Quennec, un président ambitieux et secret.

Article écrit à la demande du blog Leading-Sport.com

2668-1

Historique :
En 2000, le club navigue en LNB depuis 1995 année de la promotion depuis la 1ère ligue. Marco Torriani vend le club au groupe américain Anschutz qui est entre autre propriétaire des Los Angeles Kings. Il engage Chris McSorley comme entraîneur en provenance des London Knights évoluant dans la ligue anglaise EICHL.

La promotion en LNA est obtenu en 2001, la première année de l’arrivée des propriétaires américains et Chris McSorley. Le groupe américain Anschutz vend le club à McSorley et Hugues Quennec en 2005.

En 2007, Quennec est approché par le président du club de l’époque LHC qui évolue en LNB. Le club est proche de la faillite. Il met un place une direction sportive (Alston) et une direction administrative (Weibel). Au moment de la construction de la nouvelle patinoire à Lausanne, des tensions fortes avec son Conseil d’Administration émergent et il vend le club à Ken Stickney en 2016.

En 2011, Hugues Quennec engage Christophe Stucki comme directeur-administratif pour développer une zone VIP plus importante avec les sponsors locaux.

En 2012, Hugues Quennec reprend le Servette FC dont le bilan est déposé pour faillite. Il s’entoure de professionnel du monde de football avec comme but d’établir le Servette FC en LNA. En 2015, le club est à nouveau tout proche de la faillite et le club est repris par des mécènes genevois. Les responsabilités de l’impossibilité de faire évoluer un club dans ce stade sont très bien expliqué dans un article du courrier du 27 avril 2015 . Il ressort de cet article que les responsables de ce fiasco sont les autorités genevoises. Le Canton de Genève doit voter en décembre 2016 une subvention de CHF 1.5 mio par année pour l’entretien du stade.

Depuis 2000, le club discute sans grand avancement avec la Ville et le Canton de Genève pour la construction d’une nouvelle patinoire. Les Vernets datent de 1958 qui est de loin, la patinoire le plus vieille de LNA.

Situation actuelle :
Hugues Quennec n’est pas un président-propriétaire qui a choisi d’investir sa fortune personnelle dans la gestion du club (à l’inverse de club tel que Lugano, Zurich, Kloten).

Hugues Quennec a l’ambition de faire passer une étape au club. Il a racheté les actions dont McSorley était propriétaire. McSorley est aujourd’hui un entraîneur-directeur sportif qui peut se consacrer à 100% dans cette tâche. Trois canadiens avec des grandes expériences en NHL ont été engagés durant l’été. Michael David Gillis, ex-agent de Pavel Bure, directeur général des Vancouver Canucks de 2008 à 2014 avec cinq titres de la section Ouest. Peter A. Gall, avocat entretenant des liens réguliers avec la NHL et les propriétaires. Lorne Henning, joueur et Head Coach New York Islanders avec 4 titres consécutifs.

Hugues Quennec a présenté aux autorités genevoises des investisseurs prêts à financer à concurrence de CHF 200 mio pour une nouvelle patinoire.

Inquiétudes :
Les supporters genevois ont vécu des présidents de club sportif catastrophique depuis les années 80 au football (Pishyar, Roger, etc.) et au hockey (Staubli).

Ils ont peu de confiance à Quennec qui est vu par certains supporters comme responsable de la dernière faillite du SFC.

Christophe Stucki seul genevois ayant des responsabilités dans le club depuis 2011 a quitté le club cet automne. Il avait un lien fort avec les sponsors locaux et les autorités genevoises.

Depuis septembre les journalistes sportifs genevois surfent sur cette inquiétude en émettant des avis fortement négatifs sur la nouvelle organisation (mise sous tutelle de McSorley, risque de faillite dû à une mauvaise gestion depuis le départ de Christophe Stucki, une LNA à 11 clubs, etc).

Chaque événement lié à la gestion au club (absence à la AG de la ligue, demande de soutien supplémentaire, nouvelle organisation, dépenses en augmentation, etc) exacerbe les inquiétudes des supporters genevois.

Dans le forum 1905.ch, un intervenant informe que deux clubs de soutien ont décidé de rompre ces échanges avec Quennec et ont gelé les dons fait par ces clubs de soutien au club. Certains sponsors refusent d’augmenter leur contribution et expriment leurs éventuels désengagement.

Futur :
Aujourd’hui, le club vit une période décisive pour son avenir. Hugues Quennec a fait des erreurs par le passé, il est aujourd’hui le seul à présenter un projet ambitieux pour le futur du club. J’espère sincèrement qu’il parviendra à convaincre les investisseurs et les autorités genevoises afin d’en faire un club plus professionnel. Depuis 2005, il a réussi à hisser le club dans le top-8 des clubs de LNA. Il a également permis au LHC de retrouver la LNA. Il a échoué avec le Servette FC. Toutefois, à mes yeux, les responsables sont les autorités genevoises. Ces prochains mois, le projet de la nouvelle patinoire doit être concrétisé. J’ai confiance qu’il y parviendra en étant conscient de la difficulté de la tâche et en refusant d’imaginer le pire scénario. Cette confiance n’est pas partagée par tous les supporters qui expriment énormément d’inquiétudes avec les articles à charge de la Tribune de Genève.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s