La ligue suisse – transferts et autres sujets

J’adhère pleinement à l’avis de Beaud au sujet de la stupidité du système en cours des transferts de joueurs dans l’article du matin.

Je crois me souvenir que le gshc en avait parlé par le passé.

Un petit détail et non des moindres, l’article indique que c’est le joueur qui annonce à son employeur son départ, alors que la règle est encore pire car c’est le club qui a signé le joueur qui a la liberté de l’annoncer publiquement à sa guise.

Le système actuel rend la tâche bien plus facile aux directeurs sportifs de pouvoir construire leur équipe à tout moment. Ces mêmes directeur sportif avec les présidents des clubs ont une très grande influence dans l’établissement des règles du hockey suisse. Les agents se frottent les mains car ils ont bien le temps pour négocier les contrats avec les différents clubs et faire monter les enchères le plus haut possible.

Il est évident que les perdants sont les spectateurs, les joueurs et les entraîneurs.

Pour ma part, je n’ai pas d’avis tranché, si ce système donne effectivement un grand avantage aux clubs riches, ce qui est certain c’est qu’ils ont plus de temps pour aller piocher les bons joueurs dans les petits clubs.

Marc Lüthi avait déclaré que l’augmentation des ressources de UPC ne devaient pas servir à augmenter les salaires des joueurs. Aujourd’hui, je constate qu’il n’a pas voulu jouer la surenchère avec Genoni. Toutefois, sans changement de système du transfert ou d’autres solutions évoquées plus bas, les déclarations resteront des promesses en l’air. S’il l’entendait ainsi, peut-être qu’un changement est envisageable.

Aujourd’hui, la situation est telle qu’un défenseur suisse peut se voir un proposer un contrat supérieur dans le championnat suisse qu’en NHL. Loeffel toucherait un salaire de CHF 750’000 par an à Lugano alors que Weber à Nashville a un contrat de USD 650’000.

Avec l’aide de règlements, la ligue suisse pour devenir un championnat bien plus intéressant et productif pour l’ensemble des intervenants. Un des inconvénients principal est la constance des équipes qui gagnent le championnat depuis une quinzaine d’années. Selon le modèle américain, il existe des solutions afin de rendre le championnat bien plus équilibré avec un esprit sportif plutôt qu’uniquement « capitaliste ».(J’ai plus d’argent donc j’ai plus de chances de gagner le championnat).

Voici, une liste non exhaustive de solutions :

– fermeture de la ligue

– augmentation du nombre de licences étrangères (avec une option d’augmenter le nombre de licences étrangères à des joueurs de moins de 23 ans afin d’attirer les jeunes qui n’arrivent pas à s’imposer immédiatement en NHL)

– répartition des revenus de la ligue aux clubs afin d’atténuer les différences budgétaires (donner plus d’argent aux clubs pauvres).

– Mettre un système de plafond salarial

– Rémunérer plus efficacement les clubs formateurs

Un championnat plus juste avec plus d’inconnus et de suspense engendrera automatiquement plus d’intérêt auprès du public et des médias. L’impact bénéfique financier se fera ressortir rapidement dans les poches de tous les intervenants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s