Un nouveau financement pour le projet de la patinoire

La Tribune de Genève annonçait le 6 mars 2019 que Thierry Apothéloz en charge des Sports au Conseil d’Etat abandonne le projet des investisseurs canadiens. L’article est disponible ici.

Il s’agit du deuxième projet entièrement financé par un privé refusé par un responsable politique de gauche. Parmi, ces investisseurs, il y a un groupe canadien JV Driver ayant construit des dizaines de patinoire en Amérique du Nord et en Europe ainsi que le village Olympique de Vancouver en 2010. Le banquier de la famille Qandt (propriétaire de BMW). Voir l’article de la TDG ici. La fortune de ces investisseur se monte à des dizaines de milliard de franc. Pour rappel, Hediger avait refusé le projet de Anschutz avec la conséquence de son départ du projet du GSHC.

Les investisseurs européens et canadiens sont surpris de cette décision et annonce qu’ils sont disposés à intégrer des partenaires genevois dans le projet.

Thierry Apothéloz parle d’une démarche d’honnêteté car le projet est compliqué et la patinoire serait relégué au deuxième plan. Il se dit ouvert à toutes les options. Un projet 100% public, 100% privé ou une opération mixte.

Depuis 20 ans, le club attend un soutien de l’Etat pour la construction de la patinoire. Il a réussi à deux reprises à trouver des investisseurs prêts à financer la patinoire à 100% et attend de l’Etat la mise à disposition d’un terrain.

Avec le fiasco du Stade de la Praille, il me semble très compliqué d’envisager un projet public ou mixte. Les genevois sont échaudés par le coût faramineux de l’entretien de ce stade à cause d’une gestion catastrophique des politiques genevois.

Laurent Strawson déclare n’avoir plus de nouvelles des canadiens depuis juin 2018. Pour rappel, le club a avancé une somme importante pour des études de financement du projet que les investisseurs s’étaient engagés à rembourser dans le cas où le projet leur était attribué.

Enfin, Sami Kanaan informe qu’il y a lieu de faire des travaux importants aux Vernets et espère que la Ville ne sera pas seule à les financer. Le Ville a déjà dépenser plusieurs dizaines de millions de francs ces quinze dernières années.

Le 9 mars 2019, la Tribune de Genève annonçait qu’un projet privé genevois pour la patinoire. L’article est disponible ici. Ce projet est piloté par Olivier Plan, prometteur immobilier genevois dont Bilan estime sa fortune entre 100 à 200 millions. Olivier Plan avait obtenu aux enchères du club d’être au côté de McSorley derrière le banc la saison dernière. Il est accompagné par Pierre-Alain Schusselé. Au total, 24 personnes sont impliqués dans le projet dans différents aspects. Le journaliste informe que le gshc sera au centre du projet et conclue que le projet genevois semble très sérieux, local, crédible: des atouts majeurs.

Le projet genevois n’a aucune expérience en matière de construction de ce type de bâtiment et Thierry Apothéloz évoque un financement public. J’y vois des signes que ce projet genevois et Apothéloz rééditent le fiasco du Stade de la Praille !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s