Et si on jouait à Hercule Poirot ?

Comme dans toutes les bonnes enquêtes, Je vais reprendre certains arguments énoncés par ceux qui cherchent à savoir si McSorley sera derrière le banc du GSHC la saison prochaine.

Formation des jeunes

D’entendre des conclusions que McSorley ne serait pas un excellent coach pour les jeunes me laissent pour le moins perplexe. Depuis son arrivée, le GSHC est certainement le club de NL qui a le plus développé et donné des responsabilités à des jeunes joueurs. Je pense que tous les connaisseurs de hockey de Suisse sont capables de lister un grand nombre de jeunes joueurs qui ont réussi à s’imposer en NL grâce à leur passage au GSHC. Aujourd’hui, cela fait partie intégrante de l’ADN du club grâce à lui. Je n’ai aucun doute que si Miranda, Karrer et Le-Coultre ont signé au GSHC c’est en premier lieu pour finaliser leur formation avec McSorley.

Bruits des vestiaires

Voilà un fantasme des journalistes/détectives : l’accès au vestiaire. Une preuve le seul point discuté depuis la nomination du nouveau directeur de la ligue est son évocation de l’accès du vestiaire par ces derniers. Par contre, pas un seul commentaire pour constater que cela aurait fait du bien de voir une personnalité romande prendre cette responsabilité et remettre en question le lobby suisse allemand si présent dans cette ligue. Bref, comme à mon habitude, je m’égare, revenons à notre enquête…

Coldfacts relatent que certaines voix du vestiaire font part de leur lassitude de McSorley et de ces méthodes archaïques.

Récemment McSorley a déclaré que pour obtenir le meilleur du vestiaire, il est nécessaire d’avoir 3 groupes équivalent en nombre de joueurs, un premier tiers de joueurs pleinement dévoués à son coach, un tiers opposé à ces méthodes et un tiers d’indécis. Le coach doit porter une attention particulière aux indécis.

Quels seraient les meilleurs ambassadeurs de McSorley pour propager ces bruits de départ éventuel que certains joueurs ?

Sincèrement après avoir vécu des émotions aussi fortes durant ces playoffs, il me parait absolument impossible que des joueurs professionnels puissent remettre en question le coach que les a accompagné dans cette magnifique aventure.

Système de jeu et méthode de travail

Voilà l’argument le plus souvent évoqué pour justifier un départ mais jamais mentionné pour constater une réussite.

Depuis son arrivée, le système de jeu et ces méthodes sont fortement critiqués par certains « connaisseurs ». Je ne doute pas que certains de ces connaisseurs pourraient se réjouir de son départ.

Pour ma part, je n’ai pas les compétences techniques ni les informations nécessaires autre que même Zaugg et Lüthi estiment qu’il est le meilleur entraîneur de Suisse pour porter un jugement en la matière.

Par contre, je retiens les résultats absolument extraordinaires obtenus avec ce coach avec une équipe sur la papier bien inférieurs aux leaders du championnat de nombreuses années.

Cette saison a été particulièrement difficile au vue des transferts manqués durant l’entré-saison et l’accumulation des blessures de joueurs dominants. À Genève, nous savons que l’important n’est pas la saison régulière mais bien les playoffs. Tous ceux qui sont tentés de mettre de côté les playoffs pour ne retenir que la saison régulière, je leur conseille d’aller faire un tour dans les travées fribourgeoises ou zurichoises !

Personne (à l’exception de certains joueurs) n’évoque que la performance exceptionnelle de l’équipe est dû essentiellement de la part de l’implication des joueurs mais également dans leur capacité à intégrer et exécuter un système efficace qui a fait douter le grand favori du championnat. Ceux qui pensent que Bern n’a pas joué à 110%, je leur suggère d’écouter Scherwey au micro de la RTS après le match 6. Ce joueur que j’ai toujours vu comme hautain et méprisant face à ces adversaires (anecdote de l’écharpe brûlée) a démontré une marque de respect rarement entendu depuis l’autre côté de la Sarine.

Olivier Keller

Les journalistes et Coldfacts ont très peu commenté l’arrivée d’Olivier Keller.

Aujourd’hui, ils décortiquent chaque mot et tentent de trouver les indices qui leur permettent de conclure qu’il penche pour un départ de McSorley et imagine déjà la voie de sortie (quel manque de respect au passage). Je n’ai aucun doute que McSorley a participé à la décision et au choix d’engager Keller dans ce rôle. Comme exprimé depuis le départ de Quennec, des canadiens et Woodcroft le club s’est affaibli en terme de compétence technique et toute la gestion sportive est désormais sur les épaules de McSorley.

La communication du club a été claire, Olivier Keller n’a pas de responsabilité effective et prend le rôle de conseil auprès du Conseil d’Administration. Une part importante de son travail débute aujourd’hui. Il va certainement tenir des interviews avec chaque membre de l’équipe. Ces interviews sont particulièrement importants pour reconstruire l’équipe de la saison prochaine. Keller fera part de son jugement des performances de chacun et sera à l’écoute des joueurs afin de juger leur part de motivation pour le bien de l’organisation. Il fera part de ces constats au Conseil d’Administration.

Strawson

Les années de bonnes ententes entre McSorley et Quennec (si si elles ont eu lieu), ils nous avaient habitués au jeu de rôle good cop / bad cop. En fonction des sujets, ces rôles s’échangeaient, nous savons tous comment cela s’est terminé.

Les journalistes font un focus sur le fameux coup de téléphone de Strawson après la défaite à Ambri avec le meilleur des investigateurs : Berset. Coup de téléphone certainement téléguidé par McSorley pour obtenir une réaction du vestiaire en vue d’une qualification en playoffs.

A entendre, notre président-supporter Strawson, je le perçois comme le fan numéro 1 de McSorley.

Après la performance fantastique effectuée par cette équipe lors de ces playoffs, le contrat à long terme de McSorley et l’admiration du public à son égard, il faudrait être complètement idiot pour se lancer dans son départ du banc ou dans un licenciement du coach/directeur sportif qui a amené l’équipe là où elle se trouve aujourd’hui.

Conclusion

McSorley a beaucoup de détracteurs depuis son arrivée et j’ai le sentiment que certains spécialistes se réjouissent d’envisager un départ.

La majorité des détracteurs du forum 1905 sont ceux qui affirmaient que l’équipe n’aurait aucune chance de se qualifier depuis l’été et jusqu’avant le dernier match de saison régulière. Certains étaient même au point d’hésiter entre une élimination 4 à 0 face à Bern ou un tour en play out en compagnie de Rapperswil.

Pour ma part, j’ai toujours pensé que McSorley et l’équipe mettront toute leur énergie pour aller chercher cette qualification. Comme je l’ai dit avec plaisir à Beaulieu, vendredi matin, à mes yeux, l’important n’est pas le résultat mais l’attitude.

En terme d’attitude, je ne crains pas d’affirmer que le GSHC 2018/2019 est Champion Suisse !

B R A V O et merci !

PS : Avec la bonne vieille formule chère aux journalistes : selon mes informations, McSorley est lui-même l’instigateur des bruits sur son éventuel départ.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s