Les arbitres impartiaux ! (analyse de la statistique des pénalités)

image

Vous trouverez sur cette page le détail de la statistique des pénalités distribuées par les arbitres de 2007 à 2015.

La statistique des pénalités de 2 min. démontre que tous les clubs sont très proche (à l’exception de Lausanne). C’est la seule statistique qui présente un avantage pour les équipes romandes par rapport aux équipes non-romandes.

Pour les pénalités de 5 min, 10 min et 20 min l’écart entre les équipes romandes et non-romandes est de moins de 10%. Cet écart semble possible et peut être dû au jeu et à l’attitude des joueurs.

Ces petits écarts permettent de démontrer que la compétence des arbitres n’a pas d’influence sur les écarts. Naturellement, la compétence et l’incompétence se distribuent indépendamment du lieu géographique des équipes. J’avoue être surpris et heureux de constater que ces statistiques démontrent une impartialité de la part des arbitres.

Evidemment ces statistiques ne tiennent pas en compte le moment où la pénalité à été donnée. L’arbitre est parfaitement conscient qu’il peut influencer un match si une pénalité est donnée à deux minutes de la fin lors d’un score nul pour prendre un exemple flagrant.

Malheureusement, ce n’est pas vérifié pour les pénalités de matchs où les équipes romandes sont pénalisées à prêt de 30% de plus que les équipes non-romandes. Mais cet écart est encore loin du vrai problème pour l’équité sportive de ce championnat où les sanctions du juge unique présente un écart de 81%.

Cette statistique permet encore une fois de montrer une forte injustice dans les sanctions du juge unique à l’égard des équipes romandes qui est complètement injustifiée. Non seulement les décisions sont incompréhensibles par les professionnels, les journalistes et les supporters; mais les chiffres montrent clairement un problème qui est ignoré par une ligue dirigée par des amateurs, les clubs (la majorité en profite) et les médias.

Un commentaire sur “Les arbitres impartiaux ! (analyse de la statistique des pénalités)

  1. Plouf, si tu veux donner du poids à tes statistiques, il faut démontrer que les différences observées (ne) sont (pas) dues au hasard. Tu dois donc effectuer des tests statistiques basés sur les probabilités. C’est assez facile à effectuer avec des données présentées sous forme de tableau Excel.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s